sans-dispute

Vivre sans dispute : 6 clés pour améliorer nos relations

Tout le monde se dispute, nous l’acceptons comme une part de la vie et des relations. Nous trouvons ça même mignon. Non ! Les éclats de voix, les insultes, les propos blessants ne sont pas mignons du tout. Il est tout à fait normal d’avoir des désaccords mais se disputer, hausser la voix et être agressif ne devraient pas devenir un style de vie. Occasionnellement, il est possible d’avoir un léger accrochage, par manque de maîtrise, par impatience ou agacement mais si nous nous disputons trop souvent, cela est une très mauvaise chose. Voici quelques clés qui pourront nous permettre de sortir de cette ambiance électrique et rendre nos relations bien plus paisibles et durables.

1. MANIFESTER DE L’EMPATHIE

Éphésiens 4:32 (Semeur)

Soyez bons et compréhensifs les uns envers les autres. Pardonnez-vous réciproquement comme Dieu vous a pardonné en Christ.
Qu’est-ce que l’empathie ? C’est comprendre ce que ressent l’autre. Manifester de l’empathie, c’est se mettre à la place des autres en se demandant ce qu’ils peuvent ressentir, éprouver, traverser.

Parfois nous sommes bien trop rapides à nous fâcher car nous ne prenons pas le temps d’essayer de comprendre l’autre ni de nous mettre à sa place.

Si j’avais été dans la même situation, est-ce que j’aurais mieux réagi ? Aurais-je pris une meilleure décision ? Elle m’a répondu sur un ton désagréable, peut-être a-t-elle passé une journée difficile… Il m’a dit une chose blessante, peut-être devrais-je discuter avec lui pour savoir pourquoi il est énervé contre moi avant de moi-même me mettre en colère et aggraver la situation…

Nous ne nous disputons pas parce-que nous n’aimons pas les gens. Bien au contraire, les personnes avec lesquelles nous nous fâchons le plus souvent sont celles que nous aimons généralement le plus. La majorité du temps, les disputes naissent du manque de compréhension et donc du manque de communication. Nous ne prenons pas suffisamment le temps de parler, à cœur ouvert, se dire les choses, chercher la racine du problème. Nous préférons réagir sur l’émotion de l’instant et laisser éclater notre colère plutôt que de réellement vouloir régler le problème sous-jacent.

 

2. FAIRE PREUVE DE MISÉRICORDE

Psaumes 86:15 (Semeur)

Mais Toi, Seigneur, Tu es un Dieu plein de tendresse, qui nous fait grâce, et qui est lent à la colère, qui est riche en amour et en fidélité.
La miséricorde c’est de pardonner une personne coupable. Et la Bible nous dit que Dieu est riche en miséricorde envers nous. Nous étions coupables et chaque jour nous sommes coupables; pourtant Il n’hésite pas à non seulement nous pardonner mais continuer de nous aimer et nous bénir. Chaque matin Ses bontés se renouvellent envers nous et Sa miséricorde nous est offerte. Alors à combien plus forte raison devrions-nous continuer d’aimer et pardonner ceux qui nous blessent de temps en temps?

La miséricorde sait que la personne est coupable mais elle décide par amour, par engagement envers l’accusé de ne pas le punir comme il devrait l’être. Régulièrement, nous devons accorder notre miséricorde car personne n’est parfait. Nous nous ferons du mal, volontairement ou involontairement, mais au fond, nous nous aimons sincèrement.
Apocalypse 10:12 (Semeur)

Car l’Accusateur de nos frères, celui qui, jour et nuit, les a accusés devant Dieu, a été jeté hors du Ciel.
La miséricorde nous permet de préserver nos relations et de ne pas constamment mettre un poids de culpabilité sur les autres. Ne n’oublions jamais : l’accusateur des frères, c’est le diable ! Ne jouons pas dans son équipe ! Restons du côté de Jésus.

 

3. PARDONNER ET OUBLIER

Ésaïe 43:25 (Français courant)

Mais Je (L’Éternel) prends sur Moi de pardonner tes révoltes et de ne plus garder le souvenir de tes fautes.
Très souvent nous faisons une différence entre pardonner et oublier. Mais oublier fait parti du processus de pardon. Oublier ne veut pas dire devenir amnésique, mais que nous avons permis au Seigneur d’effacer la douleur émotionnelle liée à ce que nous avons subi. Lorsque nous avons réellement pardonné, au stade final du processus, nous pouvons repenser à ce qu’un tiers nous a fait sans ressentir la souffrance, la colère ou le désir de vengeance que nous ressentions auparavant.
Hébreux 12:15 (Semeur)

Veillez à ce que personne ne passe à côté de la grâce de Dieu, qu’aucune racine d’amertume ne pousse et ne cause du trouble en empoisonnant plusieurs d’entre vous.
La majorité des fois, nous nous réconcilions, nous acceptons de pardonner mais à la prochaine dispute, nous repensons ou reparlons de ce qui s’est passé il y a quelques mois! Ce n’est pas du pardon ça. Garder l’offense, même cachée au fond de notre cœur n’est pas bon car cela produit de l’amertume. Après chaque traumatisme, blessure, trahison et souffrance que nous subissons nous devons non seulement pardonner le coupable mais demander à Dieu de nettoyer notre cœur afin qu’aucune rancune n’y demeure.

 

4. RELATIVISER ET DÉDRAMATISER

Les 90% de nos disputes concernent des choses qui si nous sommes honnêtes ne sont pas si graves que ça. « Il m’a mal parlé. », « Elle m’a manqué de respect. », « Il est arrivé en retard. », « Elle ne m’a pas invité. », « Elle a parlé derrière mon dos. » etc. Ça fait mal c’est vrai, c’est décevant d’accord mais ce n’est pas la fin du monde. Elle a parlé mal de vous mais n’avez-vous jamais mal parlé de quelqu’un (que pourtant vous aimiez) ? L’être humain est ce qu’il est et encore une fois, aucun d’entre nous n’est parfait. Plus vite nous l’accepterons, mieux nous vivrons. Cela ne signifie pas que nous devons tout tolérer sans rien dire, mais parfois il ne faut pas donner aux situations, aux actions et aux paroles plus d’importance qu’elles n’en n’ont réellement.
1 Timothée 6:12 (Segond 21)

Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle.
Certaines choses ne valent pas la peine de gaspiller autant d’énergie. Beaucoup de nos disputes, si l’on y réfléchit à tête posée sont justes futiles et inutiles. Choisissons nos combats et décidons avec intelligence où investir notre temps et nos forces.

 

5. IL N’Y A PAS QUE DU MAUVAIS

 

Proverbes 27:6 (Segond 21)

Les blessures d’un ami prouvent sa fidélité, tandis que les baisers d’un ennemi sont trompeurs.
L’être humain est si ingrat par nature. Nous avons une amitié qui dure depuis des années, cette personne s’est montrée loyale et fidèle envers nous. Elle n’est pas parfaite certes mais elle a toujours été là pour nous aider, nous encourager, nous fortifier. Puis arrive un jour où elle fait une erreur, une bêtise, une faute grave à nos yeux. Alors nous oublions tout le bien qu’elle nous a témoigné, toutes les fois où Dieu l’a utilisé pour nous bénir et nous décidons de mettre un terme à cette relation. Quel manque de sensibilité et de reconnaissance de notre part…Avant de mettre une croix sur quelqu’un, il faut s’asseoir calmement et laisser Dieu nous remémorer à quel point cette personne nous a aimé et béni. Les gens peuvent nous faire du mal mais il n’y a pas que du mal en eux. Et il ne faut pas pour une faute, même si elle est grave, tirer un trait sur une relation forte et solide.

 

6. CELA EN VAUT-IL VRAIMENT LA PEINE ?

Proverbes 17:14 (Français courant)

Commencer une dispute c’est ouvrir une digue. Arrête-toi avant que la querelle ne se déchaîne.
Après s’être hurlés dessus, bien insultés, bien blessés en disant tout et n’importe quoi ; on finit par se calmer et reprendre nos esprits ! Puis vient le temps des regrets « Je n’aurais pas du », « Je ne le pensais pas » etc. et enfin le Saint-Esprit nous oblige à avaler notre orgueil et à aller présenter nos plus plates excuses. Bien sur on ne veut pas le faire « Pourquoi c’est moi qui doit m’excuser en premier ?! », chacun reste dans son coin et tout le monde pleure. Cela en valait-il vraiment la peine ?

 

Puis comme Dieu a toujours le dernier mot, nous finissons par nous humilier, avaler notre orgueil et demander enfin pardon et nous réconcilier. Cela en valait-il vraiment la peine ?

N’aurions-nous pas pu simplement nous expliquer dès le départ tout en gardant notre calme et en évitant de se dire autant de paroles dures ? Une fois les mots lancés, les regrets ne changent rien, on ne peut plus les effacer. Ils sont plantés dans le cœur et difficile à déloger. Alors, cela en valait-il vraiment la peine ?

La personne que nous aimons le plus est blessée, nous sommes blessés, la relation est parfois même brisée et rompue. Cela en valait-il vraiment la peine ?

Afin d’améliorer notre quotidien nous devons améliorer nos relations. Nous avons appris à vivre au milieu des disputes, des cris, des insultes mais c’est une atmosphère malsaine. Les querelles ne plaisent pas au Seigneur car elles sont inspirées par le diable via notre orgueil. En mettant en pratique ces quelques clés, il nous est possible d’éviter un maximum de disputes au quotidien et de construire ainsi des relations plus saines et de bien meilleure qualité.
Éphésiens 4:31-32 (Parole de vie)

Ne gardez pas dans votre cœur le mal qu’on vous a fait. Ne vous énervez pas, ne vous mettez pas en colère, faites disparaître de chez vous les cris, les insultes, le mal sous toutes ses formes. Soyez bons les uns pour les autres, ayez un cœur plein de tendresse. Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ.

POST TAGS:
Maïsha Siméon

m.simeon@frequencechretienne.fr

Ma passion ? Dieu. Ma vocation ? Entendre et transmettre. Mon rêve ? Vous voir vivre le vôtre. Journaliste de formation et chrétienne pleinement engagée, je milite avec ma plume pour les intérêts de l’Évangile de Christ. Parce-que le Royaume de Dieu a besoin de disciples intègres et capables, des leaders dominants qui n’ont plus peur de sortir des murs de l’église et aller à la conquête du monde. Parce-que ces leaders c’est vous. Retrouvez-moi sur mon blog www.maishasimeon.com

 

You may also like...

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *