Qui devons-nous prier : Le Père, le Fils ou l’Esprit?

priereQuestion d’un Internaute : « Je prie quotidiennement, mais le problème, c’est que je ne sais pas exactement à qui adresser ma prière : Marie, les Saints, Jésus ou Dieu ?« .

La prière est un élément commun à la plupart des religions, ce qui ne veut pas dire qu’elle soit la même partout. Le moulin à prière des Tibétains n’a rien à voir avec la prière biblique.

Marie et les Saints

Même au sein du Christianisme, il existe des formes de prières qui ne sont pas en accord avec la révélation biblique. Toute communication avec les morts (spiritisme) est une abomination devant Dieu :

« Qu’on ne trouve chez toi personne […] qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel » (Deut. 18.10-12)

Dieu sait qu’il ne s’agit pas de l’esprit des morts, mais de démons qui usurpent leur identité. Et il ne veut pas que nous soyons en communion avec des démons :

« … or, je ne veux pas que vous soyez en communion avec les démons. »(1 Co. 10.20)

Or, prier des personnes décédées, c’est prendre ce risque, et rien dans la Bible ne nous y autorise, bien au contraire. C’est pourquoi prier les Saints et Marie est contraire à l’Écriture, et constitue, à l’insu de beaucoup, une forme subtile de spiritisme.

Ce genre de prières a pénétré dans le Christianisme du fait que l’image de Dieu est devenue celle d’un Père Fouettard, qu’il fallait amadouer par l’intercession de son entourage céleste, soit Marie et les Saints, devenus des intermédiaires obligés. Or cela est aussi contraire à l’enseignement biblique :

« Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous. »(1 Tim. 2.5-6)

Père, Fils ou Saint-Esprit ?

Mais Dieu, en Jésus-Christ, n’est pas un Dieu inaccessible, et la Bible affirme que nous pouvons le prier personnellement. Jésus lui-même a enseigné à ses disciples comment prier dans le « Notre Père » (Matt. 6.7-13), dans lequel on s’adresse à Dieu comme à un bon Père.

Cependant il est juste, selon l’Écriture, de s’approcher de lui « au nom de Jésus », affirmant par là que nous ne venons pas à Dieu sur la base de nos propres mérites, mais sur celle du sacrifice de Jésus, par qui nous avons accès auprès du Père :

« car par lui [Jésus] nous avons les uns et les autres accès auprès du Père… »(Éph. 2.18)

« … nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire » (Héb. 10.19)

Il semble donc que la manière habituelle pour le chrétien est de s’adresser au Père, au nom de Jésus. Et immédiatement se pose la question : peut-on invoquer valablement Jésus ou le Saint-Esprit ?

À l’inverse de certains extrémistes (il y en a toujours), je ne serai pas dogmatique sur ce point, pour les raisons suivantes :

1. Les trois personnes divines, Père, Fils et Saint-Esprit, sont ensemble un Dieu unique. La bénédiction apostolique les évoque tous les trois :

« Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu, et la communication du Saint-Esprit, soient avec vous tous ! » (2 Co. 13.14)

2. Après avoir enseigné aux disciples de prier le Père « en mon nom« , Jésus affirme son unité avec le Père, et déclare que lui-même fera ce qu’on aura demandé en son nom :

« Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi ; […] et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. » (Jn. 14.11-14)

3. Étienne, lors de sa lapidation, s’adresse à Jésus :

« Et ils lapidaient Étienne, qui priait et disait : Seigneur Jésus, reçois mon esprit ! » (Actes 7.59)

4. Ézéchiel, dans la vallée des ossements, parle à l’Esprit :

« Il me dit : Prophétise, et parle à l’esprit ! prophétise, fils de l’homme, et dis à l’esprit : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Esprit, viens des quatre vents, souffle sur ces morts, et qu’ils revivent ! » (Éz. 37.9)

Bien sûr, on ne manquera pas de me dire que c’était sous l’Ancienne Alliance, mais qu’est-ce que ça change ?

Alors, faut-il s’adresser au Père uniquement ? S’interdire de prier Jésus et qualifier d’hérétique des petits chants comme : « Ô, Saint-Esprit, tout réveil vient de toi ; viens dans mon cœur, et fais ton œuvre en moi » ?

Quand je vois avec quelle facilité le service des Postes réussit à acheminer à bon port des courriers dont l’adresse est parfois plus que rudimentaire, je me dis que la prière que je fais monter vers Dieu arrivera à bon port, même si l’adresse n’a pas été écrite parfaitement « dans les règles » !

You may also like...

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.