priere-envie

La prière SEULE ne suffit pas

priereDans cet enseignement de six parties, je compare les prières à la nourriture et si la nourriture a besoin de sel avant d’être mangée, les prières en ont également besoin pour être agréables à Dieu. Le sel de la prière est tout ce qu’on oublie souvent dans nos prières alors que Dieu en a besoin pour nous exaucer. Nous allons découvrir par les saintes écritures que si beaucoup de prières ne sont pas exaucées, la faute n’est pas du camp de Dieu mais du nôtre car elles manquent de sel.

Nous découvrirons comment la prière seule n’est pas nécessairement la solution à nos problèmes. Il arrive que nous priions fervemment et jeûnons mais au lieu d’avoir la solution à nos problèmes, la situation ne fait que s’empirer. Je vais plutôt parler des blocages que nous ignorons ou négligeons mais qui souvent bloquent la plupart de nos prières.

Le verset du jour (Hébreux 13 :16) commence par « n’oubliez pas » car au verset précédent (Heb 13 :15), l’auteur exhortait les hébreux à offrir sans cesse à Dieu un sacrifice de louange (dans la prière) mais au verset du jour il insiste de ne pas oublier la bienfaisance et la libéralité car c’est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir. S’il dit que Dieu prend plaisir à de tels sacrifices, ça veut dire que les sacrifices sans bienfaisance et libéralité ne lui plaisent pas. Si on remplace le mot « sacrifice » par « prière », on peut dire que les prières sans bienfaisance ne plaisent pas à Dieu et si elles ne lui plaisent pas, il est donc clair que l’exaucement n’est pas toujours évident.

Jésus était l’exemple parfait à suivre dans tous les domaines. Malgré qu’il fût le fils de Dieu et qu’il n’avait jamais commis de péché, il passait la plupart de son temps dans la prière pour communier avec son père et puiser plus de force spirituelle. Je voulais juste préciser que ses prières n’étaient pas exaucées à cause de sa justice seulement mais aussi grâce à sa bienfaisance car la bible dit qu’il allait de lieu en lieu faisant du bien (Actes 10 :38). La prière est fondamentale pour s’approcher de Dieu mais c’est en faisant le bien qu’on attire l’attention de Dieu. C’est la bienfaisance qui rend la prière efficace.

 

La prière ne suffit pas (Deuxième partie)

Verset du jour: Luc 6 :38 « Donnez, et il vous sera donné: on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde; car on vous mesurera AVEC LA MESURE dont vous vous serez servis »

La marche vers le ciel est parfois longue et pénible. Au milieu du chemin, les chrétiens rencontrent beaucoup d’épreuves venant du diable. Le besoin financier est l’épreuve préférée du diable contre les chrétiens et beaucoup finissent par perdre la foi et abandonnent. Sans vouloir exagérer, je crois que plus de 80% des demandes dans les prières des chrétiens sont essentiellement liées aux besoins matériels et financiers. Autrement dit, on prie dans le besoin de trouver la solution à nos problèmes, ce qui est un réflexe naturel car Dieu est censé être la solution à tous nos problèmes. Par le verset du jour (Luc 6 :38), Jésus démontre que la prière n’est pas suffisante pour recevoir.

C’est le même Jésus qui a dit « Demandez et l’on vous donnera » (Matt 7 :7) et cette fois il ajoute en disant : « Donnez et il vous sera donné » (Luc 6 :38). Ces deux versets ont un dénominateur commun : Recevoir.

DEMANDER est la première condition tandis que la deuxième est DONNER et toutes les deux sont fondamentales pour recevoir. Malheureusement la plupart des prières sont pratiquement basées sur la première condition c-à-d DEMANDER.

Le verset du jour va un peu plus loin car il ne se limite pas sur le fait de donner et recevoir. Il est dit que ce qu’on reçoit (de Dieu) après avoir donné sera une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde. Beaucoup sont souvent excités en lisant la partie « qui déborde » mais le verset du jour efface toute sorte d’illusions vers la fin car il dit : « on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis ». Tout dépend donc de la mesure dont on se sert c-à-d la mesure de ce qu’on donne pour le Seigneur. Vous remarquez que j’ai écrit en majuscule la partie : « avec la mesure » ce qui veut dire que la grandeur de ce que nous recevrons ne dépendra pas du nombre de jours passés dans le jeûne et dans la prière mais de la mesure dont on se serait servi en donnant pour le Seigneur. Cela confirme la lettre que Paul a écrite aux corinthiens quand il disait : « Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment » (2 Cor 9 :6)

Encore une fois, ce n’est pas en priant de longues et ferventes prières qu’on moissonne abondamment car la prière nous permet de moissonner ce qu’on a semé.

La prière seule ne suffit pas (Troisième partie)

Verset du jour : Actes 10:2 « Cet homme était pieux et craignait Dieu, avec toute sa maison; il faisait beaucoup d’aumônes au peuple, et priait Dieu continuellement »

Hier on a terminé en disant que la prière nous permet de moissonner ce qu’on a semé. Le principe qu’on a lu dans 2 Cor 9 :6 était clair : « celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment  ». La semence est le sel nécessaire pour que la nourriture (la prière) soit bonne mais plus on avance dans l’enseignement, on découvrira d’autres sortes de sel.

Le verset du jour nous parle d’un homme décrit comme pieux et craignant Dieu. Il s’agit de Corneille, un officier (centenier) qui, comme le décrit le verset du jour, priait Dieu continuellement, lui et toute sa maison. En plus de la prière continuelle (la nourriture), il faisait beaucoup d’aumônes au peuple (le sel)

Après une période de semence et de prières, Dieu a décidé de lui envoyer son ange et voici ce qu’il lui a dit : « Tes prières et tes aumônes sont montées devant Dieu, et il s’en est souvenu » (Actes 10 :4). J’espère que vous avez remarqué que l’ange n’a pas parlé de ses prières uniquement mais il a dit : Tes prières et tes aumônes. Quand nous prions régulièrement, nos prières montent vers Dieu et parfois il ne réagit pas immédiatement d’une façon visible (physiquement) mais on doit garder à l’esprit qu’à chaque fois que nous nous humilions devant lui pour prier, notre esprit entre en contact avec l’Esprit de Dieu et quelque chose doit forcément se produire dans le monde spirituel même si souvent on ne le voit pas sur-le-champ.

Les prières des saints sont toujours considérées comme un sacrifice donné à Dieu comme un parfum (Apocalypse 5 :8) mais ce sont les aumônes et la bienfaisance qui rendent le parfum agréable à Dieu. Dans beaucoup d’églises on enseigne aux chrétiens d’être « très spirituels » en exigeant une sanctification souvent extérieure qui apparemment plait à ceux qui les regardent mais on ne les enseigne pas les principes sur la délivrance tant spirituelle que matérielle. Ta générosité rendra tes prières puissantes et beaucoup de portes s’ouvriront.

La prière seule ne suffit pas (Quatrième partie)

Verset du jour: Ephésiens 5 :24 « Or, de même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses »

Aujourd’hui nous parlerons essentiellement des prières non exaucées à cause du manque de soumission dans les ménages. Une femme peut prier longtemps en vain pour la conversion de son mari  sans se rendre compte qu’elle est la source du problème.

Le verset du jour nous dit qu’une femme doit être soumise à son mari comme l’Eglise est soumise à Christ. La soumission de l’Eglise à Christ la permet de recevoir des bénédictions venant de Dieu le père. L’Eglise ne peut pas demander à Dieu le père de la bénir si elle n’est pas soumise à l’autorité établie c-à-d Christ. De la même manière, si la femme n’obéit pas son mari, elle doit s’attendre à un blocage de certaines bénédictions venant de Dieu qui étaient sensées passer à travers son mari. Si tu es une femme et que tu passes quarante jours dans le jeûne pour la conversion de ton mari alors que tu ne le respectes pas, j’ai peur que tu risques d’attendre très longtemps car tes prières manquent de sel (la soumission).

La lettre ne concerne pas que les femmes car dans le même chapitre les hommes sont également mentionnés : Le verset dit que le mari doit aimer sa femme comme Christ a aimé l’Eglise. Le même verset insiste que le mari ne doit pas seulement aimer sa femme mais il doit être prêt à se sacrifier et se livrer pour la sauver.

Si tu es un homme et que tu n’aimes pas ta femme ou que tu ne fais aucun sacrifice pour elle, si tu passes des jours dans le jeûne et la prière dans le but de demander à Dieu de la fléchir pour qu’elle soit soumise, tu risques d’attendre longtemps tout simplement parce que tu manques de sel (l’amour). La bible dit que ton comportement envers ta femme peut bloquer certaines prières. Dans 1 Pierre 3 :7 il est écrit : « Maris, montrer à votre tour de la sagesse dans vos rapports avec vos femmes, comme avec un sexe plus faible; honorez-les, comme devant aussi hériter avec vous de la grâce de la vie. Qu’il en soit ainsi, afin que RIEN ne vienne faire obstacle à vos prières »

Parlant aux femmes qui ont des maris païens, Pierre les conseille d’être soumises car quelques-unes peuvent gagner leurs maris rien que par leur conduite sans même leur prêcher l’évangile (1 Pierre 3 :1)

Ici il n’est pas question de savoir qui est plus grand que l’autre mais il est question de respecter l’ordre établi par Dieu lui-même. Si Dieu demande aux femmes d’être soumises, c’est également pour leur bien car leur soumission est sensé produire l’amour de leurs maris.

La prière seule ne suffit pas (Cinquième partie)

Verset du jour : 2 Thessaloniciens 3 :10 « Car, lorsque nous étions chez vous, nous vous disions expressément: Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus »

En écrivant aux corinthiens, Paul insistait qu’ils ne devaient pas vivre dans le désordre. Il disait : « Vous savez vous-mêmes comment il faut nous imiter, car nous n’avons pas vécu parmi vous dans le désordre » (2 Thessaloniciens 3 :7)

Malheureusement beaucoup d’enfants de Dieu vivent dans le désordre. Par « désordre », Paul faisait allusions aux chrétiens qui au lieu de travailler préféraient s’occuper des futilités (2 Thess 3 :11). Jusqu’ici tu peux me dire que Paul avait raison car tout le monde est sensé travailler. Le désordre dont je vais parler aujour’hui est celui des chrétiens qui veulent prospérer par la foi sans fournir aucun d’effort.

Paul servait le Seigneur à temps plein mais il arrivait qu’il travaille pour vivre. En écrivant aux Thessaloniciens, il dit : « Nous n’avons mangé gratuitement le pain de personne; mais, dans le travail et dans la peine, nous avons été nuit et jour à l’œuvre, pour n’être à charge à aucun de vous » (2 Thess 3 :8). J’espère que vous avez compris que Paul ne parlait pas de l’œuvre (spirituel) de Dieu mais parfois il peinait pour gagner son pain. La précision sur le métier temporaire de Paul se trouve dans le livre des Actes où il est dit qu’il fabriquait des tentes (Actes 18 :3)

La parole de Dieu est toujours contre la paresse (Prov 6 :9-10) et selon le verset du jour, celui qui ne veut pas travailler est sensé ne pas manger non plus. Je dois dire un mot sur ceux qui sont au service de Dieu à temps plein : Ils sont sensés donner tout leur temps à l’œuvre de Dieu et c’est ce même Dieu qui s’occupera de leur survie si du moins c’est lui qui les a appelés car travailler pour Dieu à temps plein est une vocation spéciale.

Aujourd’hui certains chrétiens fournissent beaucoup d’efforts pour terminer leurs études mais une fois qu’ils ont leurs diplômes ils paressent dans l’attente d’une solution miracle pour avoir du travail sur base de leur foi et leurs prières. Leurs prières ont néanmoins besoin du sel pour être efficace c-à-d ils doivent chercher et lire les annonces en luttant avec foi dans la prière. Il est vrai que Dieu crée souvent beaucoup d’opportunités mais Il les crée avec ceux qui bougent et non ceux qui stagnent.

Ce qui est important n’est pas d’attendre mais c’est l’attitude avec laquelle nous attendons.

 

La prière seule ne suffit pas (Sixième partie)

Verset du jour : Matthieu 5 :23-24 « Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande »

Aujourd’hui nous clôturons la méditation de la cinquième partie avant de méditer sur le verset du jour. Quand nous prions, nous permettons à Dieu d’agir puissamment conformément à notre demande. Il cherche toujours une semence à arroser pour finalement la multiplier. Prier pour trouver le travail est une très bonne chose mais il faut noter que souvent nous limitons la main de Dieu car Il aime agir à travers les hommes. Dieu trouve du plaisir à bénir un travail honnête et comme je l’ai dit au début de cet enseignement, la prière est comparable à la nourriture qui a besoin de sel pour être mangée.

Un autre élément essentiel pour rendre la prière efficace est la réconciliation. Dans le verset du jour, Jésus nous exhorte à nous réconcilier avant de continuer notre prière. Il nous parle de quelqu’un qui présente son offrande à l’autel c-à-d quelqu’un qui est en pleine prière et qui se souvient qu’il doit quelque chose à son frère. Il doit d’abord aller se réconcilier avec son frère avant de continuer sa prière. Jésus ne dit pas qu’il faut partir avec son offrande, mais qu’il faut laisser son offrande devant l’autel.

Si « prier » veut dire « se réconcilier » avec Dieu, la parole nous montre que si on veut réellement se réconcilier avec Dieu, on doit d’abord le faire avec nos frères. Jean écrit que celui qui hait son frère est un meurtrier (1 Jean 3 :15) ce qui sera un blocage à la prière.

La prière et la connaissance de la parole doivent normalement marcher ensemble. Nous devons savoir comment prier et surtout comprendre quels sont les obstacles afin de les éviter.

Comme je le répète souvent, Dieu fait toute bonne œuvre par la prière et rien n’est fait sans la prière. S’il y’a des choses que tu as eues sans prier, sache que quelqu’un (qui te connaît ou qui ne te connaît pas) a prié quelque part. Le Saint-Esprit peut utiliser tes prières pour bénir un frère qui est dans un autre continent sans que tu ne t’en rendes pas compte. Une prière faite au nom de Jésus n’est jamais une perte si elle est faite avec foi.

Que Dieu vous bénisse

Chris Ndikumana

You may also like...

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *